Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre navigation.

En cliquant sur un lien sur cette page, vous donnez votre consentement pour l'utilisation des cookies.

Une approche « aidant-aidé » en SSR pour faciliter le retour à domicile

Après l’hospitalisation d’un patient âgé, la capacité de l’aidant à assister son proche conditionne souvent le retour à domicile. À Chapet, dans le nord des Yvelines, l’équipe de l'Institut de Réadaptation d'Achères, anciennement la clinique de Soins de Suite et de Réadaptation de Bazincourt, l’a bien compris et propose l'accompagnement du binôme dans son parcours de soins.

Publié le 05.03.20 - La santé des seniors

Spécialisée dans les affections de la personne âgée polypathologique, dépendante ou à risque de dépendance, l'Institut de Réadaptation d'Achères (SSR) adopte une approche globale du parcours de soins de ses patients. « En gériatrie, nous recevons des personnes âgées, la plupart du temps, de plus de 75 ans. Le profil habituel de l’aidant principal est souvent le conjoint, un peu moins souvent un membre de la famille », constate Florence Le Bihan, Cadre de Rééducation. « Il est essentiel d’évaluer la capacité de l’aidant à assister le malade lors du retour du patient à domicile ».

 

Des temps d’écoute approfondie

« Dès que nous accueillons un patient âgé, nous mettons en place une prise en soins personnalisée non seulement pour lui, mais aussi pour son aidant principal », confirme le Dr Khedhir, médecin-gériatre au sein de l'Institut de Réadaptation d'Achères. Le couple aidant-aidé se voit alors proposé individuellement des entretiens avec différents professionnels de santé : médecin, ergothérapeute, kinésithérapeute, assistante sociale, diététicienne, éducateur physique… « Cela va nous permettre de pointer du doigt les difficultés rencontrées au domicile par l’aidant, d’évaluer son éventuelle souffrance et de proposer ensuite un dispositif de prise en soins à domicile réellement adapté à la situation. Notre objectif restant, bien évidemment, de limiter le temps d’hospitalisation et de favoriser le retour au domicile du couple aidant-aidé ».

 

Des tables rondes pour les aidants

Pour aller encore plus loin dans la prise en soins globale du binôme aidant-aidé, l’équipe de l'Institut de Réadaptation d'Achères souhaite organiser des tables rondes deux fois par mois pendant une heure. « Nous avons listé les questions récurrentes que se posent les patients et leur aidant principal concernant les problématiques administratives, nutritionnelles, financières… », précise Florence Le Bihan. Les patients et les aidants pourront y assister gratuitement et à la carte, en fonction de leur intérêt pour telle ou telle thématique. « Ces temps d’échanges intègrent le projet personnalisé de soins, tout en se déroulant dans une ambiance conviviale, informelle et interactive. Nous allons d’abord effectuer une période de test avec cinq couples aidant-aidé. En fonction des résultats, nous verrons si nous en organisons davantage », explique Florence Le Bihan.

 

Lire les autres articles de notre dossier spécial : 

  1. L'aidant familial : un relais indispensable pour l’hôpital de jour

  2. Appel à projets sur les maladies neurodégénératives : l'aidant associé aux ateliers

  3. Le café des aidants familiaux : une solution pour souffler un moment

  4. Un nid « itinérant » pour prendre soin de l'aidant familial

  5. Dialogues entre résidents, professionnels et aidants : découvrez la démarche "Agir ensemble"​

  6. Une approche « aidant-aidé » en SSR pour faciliter le retour à domicile

 

Sur le même thème

Voir tous les articles

S'inscrire à la newsletter