Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre navigation.

En cliquant sur un lien sur cette page, vous donnez votre consentement pour l'utilisation des cookies.

Soutien à l'aidant familial : découvrez notre dossier spécial

Alors que le Gouvernement se mobilise pour accompagner les aidants en proposant une stratégie de mobilisation et de soutien sur les deux prochaines années, LNA Santé consacre un dossier spécial sur les aidants. En tant qu'acteur de la santé, il est pour nous primordial de prendre soin des patients et des résidents tout en considérant le bien-être de son entourage.

Publié le 06.10.20 - La santé des seniors

Les aidants jouent souvent un rôle indispensable dans le maintien à domicile de la personne en perte d'autonomie. Le Baromètre BVA des aidants de septembre 2019 révèle que 70% des aidés vivent à leur domicile. Seuls 19% des personnes fragilisées habitent chez leur aidant, bien que nous observons une hausse de 5 points depuis 2018.

 

Aidant familial ou aidant professionnel : quelle différence ?

Un aidant, aussi appelé aidant familial ou proche aidant est une personne qui aide un de ses proches en perte d'autonomie. Selon le baromètre BVA, les aidants accompagnent le plus souvent une personne.

  • 66% des aidants viennent en aide à une personne
  • 34% des aidants accompagnent plusieurs personnes

L'aidant familial peut être un parent, un enfant ou encore un proche. Par exemple, un parent accompagnant son enfant porteur d'un handicap est un aidant, au même titre qu'un enfant aux côtés de son parent âgé ou en souffrance. Le plus souvent, nous observons un lien familial entre le patient / résident et son aidant.

  • 90% des aidants viennent en aide à un membre de leur famille,
  • dans 52% des cas, il s’agit de leurs parents.  

A la différence de l'aidant familial, venir en aide à une personne en perte d'autonomie est un métier pour l’aidant professionnel. Connu sous les noms d'aide à domicile ou auxiliaire de vie, l'aidant professionnel est formé et rémunéré. Il intervient au domicile du patient ou en établissement de soins. 

Il n'est pas rare qu'aidant familial et aidant professionnel collaborent ensemble pour garantir un accompagnement source de bien-être pour tous. L’aide apportée par un aidant familial et/ou professionnel peut être ponctuelle, régulière ou permanente. 

 

Aidant familial : quel est son champ d'intervention ? 

L’accompagnement par un aidant peut prendre différentes formes et intervenir à différents moments de la journée selon les besoins de l'aidé : toilette, habillage, préparation ou prise des repas, tâches ménagères, etc... L'aide peut également concerner les déplacements, l'aide administrative et la gestion du budget.

Toujours selon le baromètre BVA, les aidants apportent un soutien moral à leur aidé dans 67% des cas ! C'est d'ailleurs le type d'aide le plus cité par les aidants. Arrivent ensuite l'aide pour les activités domestiques, la surveillance en téléphonant pour prendre des nouvelles ou en étant sur place, puis l'aide dans les déplacements dans près d'un cas sur deux. 74% des aidants déclarent consacrer moins de 20h par semaine à leur aidé.

Le rapport de la Haute autorité de Santé (HAS) Service des bonnes pratiques professionnelles" de février 2010 a révélé que la charge de travail pour l’aidant familial est estimée à plus de 6h par jour pour 70% des conjoints aidants & 50% des enfants aidés. 

 

Qui est l'aidant familial en France ?  

Les aidants représentent entre 8 et 11 millions de personnes en France. La majorité d'entre eux sont des femmes (57%) et 81% ont moins de 65 ans. Nous observons que 61% sont encore actifs et doivent ainsi jongler entre leur vie professionnelle et leur vie d'aidant familial. 

Avec un allongement permanent de la durée de vie, le nombre d'aidants familiaux va continuer d'augmenter dans les prochaines années. Ce vieillissement de la population entraîne inévitablement un besoin de solutions pérennes (EHPADHADAccueil de jour...) pour accompagner et limiter la perte d’autonomie des personnes âgées.

 

Être aidant familial : quel impact ?

L'aidant familial, une personne à la santé exposée  

Pour 37% des aidants, ils sont seuls à prendre soin de leur proche. Cette situation les expose à des symptômes de stress et d’anxiété. D'après une étude de  Rosenthal, certains facteurs sont reconnus pour augmenter le risque de dépression de l’aidant. On retrouve notamment : 

  • le niveau de perte d'autonomie de la personne ;

  • l’état de santé de l’aidant ;

  • le manque de repos ou de temps libre ;

  • le difficile choix entre les besoins ressentis de l'aidé et ses propres besoins ;

  • le regard porté sur les soins et l’équipe soignante.

31% des aidants délaissent leur propre santé, c'est le chiffre alarmant que l’étude PIXEL sur l’entourage familial des patients atteints de la maladie d'Alzheimer souligne. Cela montre bien le degré de précarité dans lequel sont les aidants, surtout lorsque l'aidé est atteint d'une maladie plus conséquente. Pour donner un exemple : 1 aidant sur 5 a déjà été obligé de décaler ou d'annuler une consultation (parfois une hospitalisation) par manque de temps. Le statut d’aidant familial a donc des conséquences directes sur la santé des aidants. 

 

La vie professionnelle des aidants  

44% des aidants reconnaissent avoir des difficultés à concilier leur vie professionnelle et leur rôle d’aidant. Selon le rapport de l’Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises & de l’Union Nationale des Associations Familiales, 24% des aidants doivent ré-aménager leur activité professionnelle afin de prendre en charge leur proche. Ils demandent des changements d'horaires (dans 65% des cas) et une réduction du nombre d’heures (36% des cas) qui ont bien évidemment un fort impact sur leur rémunération et leur carrière. 

 

Soutien aux aidants familiaux : des actions concrètes

Dans leur investissement quotidien, les 11 millions d’aidants en France jouent non seulement un rôle primordial auprès de leur proche en perte d'autonomie, mais ils assument également une fonction essentielle au sein de la société. Le gouvernement a récemment fait part d’un ambitieux plan de mobilisation « Agir pour les aidants », avec 17 mesures-phares. Le rôle d'aidant est enfin reconnu au travers de ces 17 mesures concrètes annoncées fin 2019, soutenues par une enveloppe financière de 400 M€ sur trois ans.

Conscient des difficultés quotidiennes rencontrées par les proches lorsqu’ils aident un membre de leur famille malade ou en perte d'autonomie, LNA Santé se mobilise pour les accompagner. 

On retrouve notamment des innovations comme :

  • l'Ehpad pensé comme un pôle de ressources,
  • l'éducation thérapeutique pour le patient atteint de la maladie d'Alzheimer et de la maladie de Parkinson, 
  • le rôle d'une plateforme d'accompagnement et de répit des aidants
  • les séjours organisés pour les malades en partenariat avec France Alzheimer. 

Les établissements du groupe LNA Santé ont également développé des services  aidants / aidés, le séminaire bientraitance et un regard croisé aidant / aidé. Nous avons également à coeur de présenter le film "Prendre Soin" réalisé dans l'une de nos résidences. LNA Santé s'implique également dans la place qu'occupent les aidants dans le retour à domicile d'un patient après une rééducation directe post AVC ainsi que le rôle clé de l'aidant en hôpital de jour.  

 

Retrouvez chaque semaine un nouvel article de notre dossier spécial : 

  1. L'aidant familial : un relais indispensable pour l’hôpital de jour

  2. Appel à projets sur les maladies neurodégénératives : l'aidant associé aux ateliers

  3. Le café des aidants familiaux : une solution pour souffler un moment

  4. Un nid « itinérant » pour prendre soin de l'aidant familial

  5. Dialogues entre résidents, professionnels et aidants : découvrez la démarche "Agir ensemble"​

  6. Une approche « aidant-aidé » en SSR pour faciliter le retour à domicile

 

Sur le même thème

Voir tous les articles

S'inscrire à la newsletter