Meilleurs vœux

Willy SIRET, Directeur Général Délégué aux Opérations, vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2021

Publié le 01.01.21 - Qui sommes-nous ?

La course au temps long

 

Lors des rares moments de recul pendant ces derniers mois si intenses, je me suis questionné : que retiendrons-nous de cette période de crise sanitaire ?
Passée cette période d'incertitudes, d'interrogations, de flux d'informations sur le nombre d'hospitalisations et de décès, comment redonnerons-nous du sens et de la perspective à nos entreprises, à nos équipes qui auront connu, dans nos métiers du soin et du prendre soin, l'urgence sanitaire quotidienne ?

Cette épidémie et ses conséquences ne sont pas à l'origine de la transformation du travail et des relations avec l'entreprise. Cette situation d'une entreprise aux contours flous (travail chez soi ou en entreprise, pour soi ou pour l'entreprise), l'intensification du rythme du travail, le manque de sens dans un mouvement continu et une vitesse qui permettent de ne pas y penser, l'individualisation du travail et pour certains une transformation radicale espérée (pas seulement due au réchauffement climatique) ; ces tendances existaient avant la Covid-19 dans ce monde de l'agitation permanente, du tweet, du buzz.

Mais cette crise sanitaire est un accélérateur de transformations dans la relation au travail et à l'entreprise sans doute profondes. Nous (chez LNA Santé différemment compte-tenu de nos activités du soin, de la relation à l'autre et du prendre soin) avons collectivement fait une nouvelle expérience du travail, qui ne pourra être totalement réversible pour revenir au "comme avant". L'économie a ralenti voire s'est arrêtée dans certains secteurs et pendant cette période l'effet magique de l'agitation et du mouvement continu ne masquait plus le manque de sens. La réalité et l'importance de certains métiers (soins, logistique, alimentaire, entretien…) sont apparues fortement en même temps que la nécessaire autonomie et efficacité à distance pour des salariés en télétravail ou la réalité croissante du digital dans nos vies (professionnelles) quotidiennes. Enfin, l'essor du télétravail a accéléré la désynchronisation du temps et de l'espace du travail, et nécessite de reposer le contenu des temps collectifs (versus le contenu du télétravail ou du temps individuel), du projet et du sens communs dans l'entreprise.

Comment sortir de modèles et de gouvernance d'entreprises, qui depuis les années 1980, se sont orientés vers le profit avec la financiarisation de l'économie, vers la course à la taille incessante et à l'innovation pour le profit et la plus-value immédiats ?

"Vous avez la montre, nous avons le temps" disait un malek afghan au général Pierre de Villiers. Nous aussi, faisons le pari de revenir au temps long, de garder le cap face à cette crise sanitaire et économique en sachant tirer des bords en fonction des aléas. Retrouvons le temps long dans nos entreprises, comme le permettent notamment les entreprises familiales à la gouvernance durable.

Dans cette perspective de temps long, travaillons à répondre aux besoins de nos équipes :

  • Le sens (à quoi ça sert l'entreprise, à quoi je sers au sein de celle-ci) en l'ancrant dans du concret, dans le travail bien fait qui se voit ou se ressent,
  • La stabilité et la réassurance dans une période troublée où le besoin de règles et de sagesse sont fondamentaux, sans changer constamment de stratégie, de cap,
  • La solidarité, en définissant les temps du collectif et leur contenu, en investissant dans ces moments d'échanges partagés pour mieux décider ensemble, donner du sens aux actions et à cette aventure collective.

Faisons aussi le pari du management par la confiance. Manager par la confiance est un choix, parfois difficile (il y a toujours une part de risque), qui dépend d’abord de moi en tant que manager et de ma capacité à lâcher prise. Comme le décrit Jacques Lecomte dans "Les entreprises humanistes, comment elles vont changer le monde", la confiance des managers est facteur de bien-être des équipes et de performance durable. Elle permet le partage du savoir, l'apprentissage collectif, la motivation intrinsèque des collaborateurs et renforce leur engagement, car en général quand on me fait confiance, j’essaie d’en être digne. Exigence bienveillante, subsidiarité et objectifs partagés par le plus grand nombre favorisent responsabilisation, autonomie et appropriation par les équipes.

Cette confiance permet aussi, et suppose, un système de prise de décision collectif (seul moyen d'éviter les biais individuels) formel et systématique pour être efficace, qui fixe les critères explicites de décision en amont, incite à la contradiction (notamment le rôle d'avocat du diable), à l'expression des désaccords, à discuter explicitement des incertitudes et de la façon de les limiter.

L'entreprise est une formidable aventure humaine collective, un lieu de réalisation et d'action. Favorisons donc ce retour au temps long et ce management par la confiance pour prendre soin de nos équipes, qui en retour prendront soin du collectif et de nos entreprises en difficulté face à cette crise sanitaire et économique.

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible." écrivait Antoine de Saint-Exupéry !

Willy Siret,
Directeur Général Délégué aux Opérations

 

 

Sur le même thème

Voir tous les articles

S'inscrire à la newsletter