Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre navigation.

En cliquant sur un lien sur cette page, vous donnez votre consentement pour l'utilisation des cookies.

Maladie d’Alzheimer | Comment gérer les troubles du sommeil ?

« J'aime ces gens étranges, aux trous dans la mémoire, des trous remplis de plaies, présentes ou bien passées, vérités toutes crues, remontant en marée, quand les masques ont fondu, que la farce est jouée… » formule Julos Beaucarne dans sa chanson « Les Naufragés de l’Alzheimer ».

Publié le 05.07.19 - Face à la maladie d’Alzheimer

Première cause de démence et de perte d’autonomie sévère, la maladie d’Alzheimer touche aujourd’hui 1,2 million de personnes en France et près de 3 millions de personnes sont directement concernées par la pathologie si l’on prend en compte les proches aidantsMais comment faire face à cette maladie quand son parent devient agressif, manifeste des sauts d’humeur, des accès de colère…ou bien encore se met à déambuler la nuit ?

Pour des raisons inconnues, de nombreuses personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer deviennent agitées en début de soirée, lorsque la nuit tombe. On parle alors du syndrome du coucher de soleil. Il existe différents stades de la maladie d’Alzheimer. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, le corps et le cerveau subissent des changements et le malade peut se retrouver dans un état de confusion total et être très en colère.

Les habitudes de sommeil sont également modifiées avec des insomnies la nuit qui peuvent donner lieu à de la déambulation, de l’errance et une situation stressante pour le proche aidant. Bien souvent, la personne désorientée se réveille au milieu de la nuit et commence sa journée comme si elle s’était réveillée le matin. Elle n’a plus de rythme et dort aussi bien de jour comme de nuit de façon aléatoire et le sommeil de l’aidant s’en trouve fortement perturbé. Néanmoins, il existe quelques astuces pour soulager les troubles du sommeil de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer :

  • Une thérapie lumineuse au cours de la journée. La lumière vive venant de l’extérieur aide le corps à conserver son rythme circadien.
  • Une activité physique chaque jour (marcher par exemple) ainsi qu’une activité intellectuelle, mais il vaut mieux prévoir des activités reposantes à partir de la fin d’après-midi.
  • Des repères environnementaux et une routine régulière pour stimuler le sommeil : il s’agit d’adopter des heures fixes de coucher et de lever dans un environnement sombre, calme, pas trop chauffé qui favorisera le sommeil du malade. Il est possible également d’utiliser une lampe qui baisse progressivement la lumière avant de se coucher et qui simule le lever du soleil au réveil…

Bien souvent, désemparé face à la maladie, le proche aidant se retrouve dans état d’épuisement. Pour l’éviter, il faut franchir un premier grand pas : accepter de se faire aider, sans l’ombre d’un sentiment de culpabilité. Aujourd’hui, en France, de nombreuses structures se mobilisent sur le sujet comme la Fondation pour la Recherche pour Alzheimer ou bien encore la Fondation Vaincre Alzheimer.

Au sein du groupe LNA Santé, nos maisons de retraite médicalisées offre des solutions de répit aux aidants : accueil de jour, hébergement temporaire. Des temps d’échanges pour accompagner les aidants sont également proposés notamment à la Résidence Le Bourgailh (Pessac | 33) , à la Résidence Asphodia (Yerres | 91) ainsi qu’aux Jardins d’Olonne (Olonne-sur-Mer |85) avec la plateforme d’accompagnement et de répit « le Nid des Aidants » pour face à la maladie.

Sur le même thème

Voir tous les articles

S'inscrire à la newsletter