Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre navigation.

En cliquant sur un lien sur cette page, vous donnez votre consentement pour l'utilisation des cookies.

LNA Santé et Naocare | Le numérique au service de l’éducation thérapeutique du patient (ETP) en HAD

La valeur ajoutée du numérique en matière de santé n’est plus à démontrer.  LNA Santé, avec sa Cellule Innovation, a investi ce domaine depuis plusieurs années. Une nouvelle expérimentation est lancée avec la digitalisation de l’éducation thérapeutique du patient en HAD.  
Le Dr Philippe Marrimpoey, directeur médical du secteur sanitaire LNA Santé, et Nathalie Sarazin, chargée de mission Naocare, nous en révèlent les détails
Publié le 28.08.19 - Expérimentation

PM. Vous venez de concevoir avec Naocare deux programmes digitalisés d’éducation thérapeutique autour de l’auto-administration des médicaments par le patient. Quels en sont les enjeux ?  

Avec le développement des maladies chroniques, la sécurisation de l’administration du médicament de manière autonome par le patient lui-même, est une préoccupation forte pour tous les acteurs de santé (institutionnels et professionnels médicaux). Pour le dire simplement, « sécuriser », cela signifie garantir la prise du bon médicament, au bon moment, à la bonne dose et de la bonne manière par le patient. Un patient qui devra également avoir compris l’utilité de son traitement, les effets secondaires et les risques potentiels liés. Par ailleurs, et en tant que professionnels, nous avons des enjeux de traçabilité et de feed-back importants sur ces programmes vis-à-vis de nos autorités de tutelles. 
 

PM. En quoi consiste ces programmes d’éducation thérapeutique (ETP) innovants ?   

Nos établissements d’Hospitalisation à Domicile (HAD) et leurs patients sont concernés au premier chef par ce sujet. Nos trois HAD de la région Centre Val de Loire avaient développé des programmes d’éducation thérapeutique concernant l’autonomie du patient à prendre son traitement (sur la prise de morphiniques ou d’anticoagulants) validés par l’ARS régionale. Avec la digitalisation complète du dossier patient depuis deux ans, et la présence systématique au domicile d’une tablette, nous étions en capacité d’aller plus loin pour structurer et améliorer la démarche. Nous avons alors identifié, puis rencontré Naocare pour nous accompagner.  
 

NS. Pouvez-vous nous présenter Naocare et ses activités ?  

Naocare fait partie du groupe DMVP, éditeur de formations et solutions digitales en santé. Historiquement, DMPV est spécialisé dans le e-learning et propose des formations dédiées aux pharmaciens et préparateurs en officine.  Naocare est né de ce savoir-faire pédagogique et numérique afin de permettre aux professionnels de santé (pharmaciens, médecins, soignants) de s’appuyer sur des supports dédiés à l’éducation de leurs patients, eux-mêmes de plus en plus demandeurs de devenir acteurs de leur santé. A ce jour, nous disposons de plus de 650 supports répertoriés (fiches, graphismes, questionnaires, animations, vidéos, schémas et planches anatomiques,…) sur une cinquantaine de pathologies. 
 

NS. Comment avez-vous procédé pour co-construire avec LNA Santé ces deux programmes d’éducation thérapeutique digitalisés ? 

Début 2019, avec Philippe Marrimpoey, nous avons constitué un groupe de travail composé d’experts médicaux et de soignants (IDE, IDECo et DSSI) représentant les trois établissements HAD référents de ce projet (HAD Orléans Montargis, Val de Loire et Caux Maritime) et des experts du siège de LNA Santé, associés à nos équipes. Une fois passée la construction des parties inclusion, consentement et courrier médecin d’un programme ETP, nous avons identifié les compétences à acquérir par le patient afin d’être autonome dans sa prise de médicaments. Puis pour chaque compétence, nous avons défini les supports adaptés. S’en est suivie la phase de développement de ces outils, puis d’évaluation. Nous avons également élaboré ensemble et intégré le diagnostic éducatif, c’est-à-dire les questionnements du professionnel de santé au patient, qui vont permettre d’évaluer où en est le patient, au début et à la fin du programme, dans l’acquisition des différentes compétences attendues. 
 

PM. Concrètement, comment cela va-t-il se passer au domicile du patient ? 

Le patient, accompagné d’un soignant ou seul, va se connecter à Naocare sur sa tablette et accéder à son programme personnalisé d’éducation thérapeutique (à partir d’un bilan réalisé à son entrée). Etape par étape, il va pouvoir réaliser les différents « ateliers pédagogiques » qui lui permettront de développer ses connaissances et compétences (par exemple : comprendre sa maladie, savoir couper son comprimé, apprendre à adapter son alimentation…). Une fois terminé, un état de ses connaissances et compétences sera établi et transmis à son médecin traitant qui pourra l’intégrer à son suivi. 
 

PM. Quelles sont les prochaines étapes et les perspectives ?  

Les prochaines étapes importantes sont : le test entre septembre et décembre prochains, dans nos 3 HAD référents du projet, qui permettra à près d’une centaine de patients d’expérimenter l’un des deux programmes ; un retour d’expérience en janvier 2020 ; et, au printemps 2020, une mise à disposition de ces programmes auprès de l’ensemble des HAD du groupe. Si l’expérience est concluante, il est clair que de nombreuses perspectives s’offrent à nous pour développer d’autres programmes d’éducation thérapeutique, incluant l’aide aux aidants, comme en soins palliatifs par exemple, sur les cinq prochaines années. Et faire gagner en autonomie un maximum de patients ! 
 

L'innovation chez LNA Santé

 
 

Sur le même thème

Voir tous les articles

S'inscrire à la newsletter