Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre navigation.

En cliquant sur un lien sur cette page, vous donnez votre consentement pour l'utilisation des cookies.

FAQ Coronavirus : Nos mesures en établissement

Cette crise sanitaire inédite peut susciter un certain nombre de questions quant à l’organisation de nos établissements pour endiguer l’épidémie. Dans l’objectif de vous apporter un maximum de transparence et répondre à vos interrogations, n’hésitez pas à consulter notre FAQ régulièrement mise à jour ci-dessous. 

Dernière mise à jour : 05/05/2020

 

 

Publié le 01.04.20 - La santé des seniors

➡️ Quelles mesures de prévention avez-vous déployées dans vos établissements contre le CoVID-19 ?  

L'ensemble des établissements LNA Santé ont mis en œuvre les mesures de restriction des visites et de confinement. Le plan bleu (établissements médicaux sociaux) et le plan blanc (établissements sanitaires) ont été déclenchés dès le 6 mars.

Ce dispositif préventif a par ailleurs été renforcé depuis le 28 mars conformément aux procédures en vigueur. Cela se matérialise par le confinement des unités de vie, un service en chambre pour tous les résidents/patients, un personnel dédié aux unités et la surveillance accrue des cas contact.

En supplément des procédures en vigueur et sur décision du groupe, des mesures complémentaires de prévention ont également été mises en place :

  • Identification, signature d’un registre et prise de température pour toute personne entrante dans un établissement ou au siège du groupe LNA Santé
  • Limitation des entrées de personnes extérieures aux seuls besoins indispensables des établissements (maintenance, restauration, équipes médicales)
  • Port des équipements de protection individuelle (EPI) pour tous les professionnels en établissement
  • SAS de désinfection et entrée unique pour tous les établissements
  • Mesure de la température des patients plusieurs fois par jour
  • Demande de tests PCR de tous les professionnels et résidents / patients aux signes évocateurs du CoVID-19
  • Mesures de protection renforcées concernant les EPI et l’hygiène (nettoyage renforcé, destruction ou désinfection des emballages, livraisons et approvisionnements assurés tant que possible par des équipes en interne, ventilation des espaces)
  • Annulation des activités collectives au profit d’échanges individuels entre patients / résidents et professionnels

Des mesures spécifiques d’accompagnement psychologique (cellule d’appui psychologique 7j/7j) ont également été déployées pour supporter professionnels, résidents et patients dans cette crise sanitaire.

Une cellule de crise multidisciplinaire quotidienne coordonne l’ensemble des procédures et des mises à jour des conduites à tenir en lien avec les directives ministérielles qui évoluent rapidement. Un flash info est adressé tous les soirs aux professionnels pour leur transmettre toutes ces informations.

 

➡️ Equipement de protection individuel (EPI) : Comment les établissements sont équipés pour protéger les professionnels et résidents / patients ?

Les professionnels disposent de tous les équipements de protection individuelle (EPI) nécessaires afin de les protéger et faire face à la propagation du virus. Des approvisionnements permanents et des livraisons sur site sont réalisés par le service achats du groupe : masques chirurgicaux, masques FFP2, blouses, gants, gels hydro-alcoolique, lunettes, thermomètres, sur-chaussures, savons désinfectants etc...

Tous les établissements du groupe LNA Santé ont appliqué les mesures strictes du port des EPI quel que soit la situation épidémique et la localisation de l’établissement. 

Des mesures spécifiques sont également appliquées en présence d’un cas CoVID-19 ou de symptômes fortement évocateurs (EPI complémentaires : masques FFP2, sur-blouses, sur-chaussures, charlottes, lunettes / visières de protection ..).

 

➡️ Les visites en établissement sont-elles autorisées ? 

Le 19 avril 2020, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que les consignes nationales relatives au confinement dans les établissements médico-sociaux étaient assouplies pour permettre, dans des conditions très encadrées, les visites de familles à leur proche résident en EHPAD.

En conformité avec le protocole défini par le gouvernement, la direction médicale du groupe LNA Santé a établi les grands principes d’organisation de visites en EHPAD dès le 23/04/2020. Ces grands principes sont adaptés localement (par les directions d’établissement et après concertation avec l’équipe médicale) afin de tenir compte de la situation sanitaire de l’établissement et de la situation épidémique du territoire. Toutes les familles ont reçu le protocole par email le 24/04/2020 et ont ainsi pu convenir d’une date de visite avec leur proche.

Il est important de rappeler que la venue de visiteurs extérieurs n’est pas totalement dénuée de risque ; il est de notre devoir à tous d’éviter toute contamination et propagation du virus qui a des conséquences parfois dramatiques sur la santé de nos ainés. Les bénéfices/risques de ces visites sont donc évalués par le staff médical pour chaque résident. En fonction de son état de santé ou de son niveau de fragilité, il n’est donc pas à exclure que certaines visites ne soient pas autorisées

Le pilotage par la direction médicale du groupe et la mobilisation des équipes multidisciplinaires vont se poursuivre avec force et attention. En effet, si un déconfinement progressif se met en place dans les semaines à venir, nous devons nous tenir prêts à adapter nos directives au moindre signal d’alerte, dans le souci de protection des résidents, des patients et des collaborateurs.
Aussi difficiles et contraignantes soient les mesures de distanciation et d’isolement, elles constituent l’effort indispensable à l’endiguement de l’épidémie.
 

➡️ Quelle organisation est mise en place en établissement pour que les résidents / patients maintiennent un lien social avec leurs proches ? 

Dans le contexte actuel et conformément au plan bleu et au plan blanc, les visites en établissement ont été suspendues (sauf accompagnement en fin de vie). Néanmoins, nous avons mis en place des solutions pour permettre d’assurer un lien continu et faire en sorte que la vie quotidienne reste la plus agréable possible.

  • Les familles ont la possibilité de joindre leur proche via appels vidéo skype, whatsapp, facetime selon leurs souhaits et besoins
  • Un journal d’actualité par établissement (au travers de la solution Famileo) est déployé et permet aux familles de suivre les nouvelles de l’établissement
  • Tous les messages reçus via des canaux plus classiques (mails, sms, appels et courriers des familles) sont systématiquement transmis à leur proche
  • Une organisation inédite permettant de multiplier les instants d’échanges individuels entre les résidents / patients avec les équipes médicales et les animateurs a également été déployée
  • Des sorties individuelles accompagnées par nos professionnels dans l’enceinte des résidences (terrasses, jardins etc) sont multipliées selon les besoins et demandes

S’ajoute également à ce dispositif, toutes les actions locales invitant les voisins, familles, inconnus à adresser des dessins, poèmes, photos, mots et tant d’autres aux résidents comme aux soignants.

 

➡️ Avec le confinement pouvez-vous assurer un accompagnement individuel de qualité et attentionné envers chaque résident ?

La mobilisation de nos équipes sur le terrain depuis le début de la pandémie est exemplaire afin d’assurer un accompagnement personnalisé des résidents et des patients.

De nombreux messages et remerciements à destination des équipes, de la part des résidents et des familles, en témoignent depuis plusieurs semaines. La situation étant différente d’un établissement à l’autre, les mesures d’accompagnement sont ajustées en conséquence. Tout n’est pas parfait, dans ce contexte inédit, des difficultés peuvent survenir au quotidien, nous en sommes conscients. Mais tout est mis en œuvre pour les surmonter et nos directions savent qu’elles peuvent s’appuyer sur les équipes supports du Groupe et des renforts inter-établissements qui les accompagnent au quotidien pour trouver des solutions rapidement et au cas par cas.

 

➡️ Comment sont réalisés les tests de détection du CoVID-19 dans vos établissements ? Dans quel(s) cas sont-ils réalisés ? 

En cas d’apparition de symptômes évocateurs du CoVID-19, il est possible de faire des tests de diagnostic de la maladie. La possibilité de réalisation des tests varie en fonction des stratégies des Agences régionales de Santé (ARS). Il est important de rappeler que les autorités de santé publiques ont parfois limité l’accès aux tests exclusivement aux professionnels de santé ayant des symptômes évocateurs du CoVID-19 avant d’élargir plus récemment à l’ensemble des résidents Mais là aussi des disparités persistent en fonction des régions.

Le test PCR ("polymerase chain reaction") de dépistage utilisé en France depuis le début de l'épidémie consiste en un prélèvement naso-pharyngé (gorge, nez, nasopharynx) qui se fait à l'aide d'un petit écouvillon (goupillon) inséré dans le nez. Il est obligatoirement effectué par un médecin ou une infirmière. L'échantillon est ensuite analysé par un laboratoire spécialisé afin de rechercher la présence du coronavirus (l’agent « pathogène ») et ainsi confirmer ou non le diagnostic de l'infection. 
Il s'agit d'un test rapide à effectuer, mais peu agréable pour le résident / patient. Les résultats sont obtenus entre 1 et 3 jours après le prélèvement. 

Précisions sur le test PCR :

Il ne permet pas systématiquement de détecter le virus. Certaines personnes pourtant testées négatives peuvent être porteuses et/ou développer la maladie.

On parle alors de « faux négatif ». Cela concerne les résidents/patients etet les professionnels. Nous devons rester vigilants car le virus peut continuer d’être véhiculé par des porteurs asymptomatiques, même testés négatifs. C’est pourquoi, le confinement demeure une mesure indispensable, à l’heure actuelle pour endiguer l’épidémie.
 

➡️ Quelles mesures avez-vous mis en place en cas de décès d’un résident Covid-19 ? autorisez-vous la famille ou les proches à venir voir le défunt ? 

Quand un résident approche de la fin de sa vie, nous permettons à ses proches, dans des conditions strictes, de venir le voir.

Mais la pandémie sans précédent de CoVID-19 et la nécessité impérieuse de limiter la propagation du virus (vis-à-vis de la famille du défunt et des intervenants auprès du défunt) nous imposent d’appliquer strictement les directives des Autorités Sanitaires. En l’occurrence, nous respectons la mise en œuvre du Décret n° 2020-384 du 1er avril 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020. 

C’est pourquoi, la possibilité de venir voir le défunt à la résidence (atteint ou probablement atteint du Covid-19), est limitée à une très courte durée et réservée aux personnes les plus proches de son entourage. Ce moment doit se faire dans le plus strict respect des mesures barrières et précautions d’hygiène adaptées, ainsi que dans un délai contraint après le décès (les Pompes Funèbres disposent d’un délai de 24H maximum pour lever le corps).

Compte tenu de ce délai très contraignant, nous nous efforçons de prévenir la famille du défunt, dans les plus brefs délais, afin qu’elle puisse se rendre à l’établissement. Toutefois, dans certains cas, du fait de son éloignement, la famille n’est pas en mesure de se rendre sur place dans les temps impartis.  Situation éminemment difficile et douloureuse à vivre, malheureusement ces mesures de précaution légales s’imposent à nous, dans l’intérêt de tous.

 

➡️ Comment assurez-vous la mise en place de soins palliatifs dans vos établissements pendant la pandémie ? 

De manière générale, l’accompagnement de fin de vie se déroule comme habituellement. De jour comme de nuit, en fonction des pratiques propres à chaque établissement, selon qu’ils s’appuient sur des ressources externes (équipes mobiles de soins palliatifs, HAD), ou sur leurs équipes internes, pour accompagner la fin de vie des résidents. Et compte tenu de l’épidémie, pour les situations complexes, nous avons recommandé aux établissements de s’appuyer davantage encore sur les équipes de soins palliatifs des HAD. Un Comité d’Ethique et Soins palliatifs LNA Santé composé d’experts médicaux, soignants, psychologues est en soutien des médecins des établissements tous les jours par visioconférence. Il leur permet d’échanger sur les protocoles de traitement CoVID-19 et de les aider à prendre des décisions sur l’accompagnement de fin de vie.

 

➡️ Pratiquez-vous la contention physique ou utilisez-vous des traitements médicamenteux pour contraindre les résidents Alzheimer / ou atteints de troubles cognitifs à rester confinés ? 

Le groupe LNA Santé est très attaché à la bientraitance et au respect de la liberté des résidents, et nous ne pratiquons pas la contention hormis dans des cas exceptionnels et sur prescription médicale uniquement.

Le Comité d'éthique et Soins palliatifs LNA Santé se réunit quotidiennement afin d’aider les équipes soignantes à définir, au cas par cas, les meilleures solutions à mettre en place provisoirement pour chaque résident concerné. Cette commission se réfère au maximum au respect de nos principes éthiques habituels et au cadre légal, bien sûr. Elle vise à concilier au maximum l’intérêt général (limiter la propagation du virus) et le respect de la personne individuelle.

 

➡️ Quelles mesures mettez-vous en place en soutien aux professionnels pour affronter cette crise ?

La mobilisation collective et individuelle de nos équipes depuis le début de la pandémie est exemplaire afin de continuer à assurer l’accompagnement des résidents et patients. Nos établissements reçoivent énormément de messages de remerciement et de soutien de la part des familles, de la part de leurs voisins… tous les jours. Ce soutien et ces messages de solidarité sont une source d’encouragement majeure pour eux.

Afin de répondre aux inquiétudes et à la peur qui peuvent évidemment exister, nous avons mis en place une cellule d’appui psychologique 7j/7j pour soutenir nos professionnels. Un mini-site dédié a également été développé pour leur témoigner de notre soutien et leur donner des conseils pratiques.
Pour les directions d’établissement, des coaching à distance sont mis en place. Et pour les psychologues de nos établissements, nous développons des séances de partage d’expériences entre eux.

Une cellule de crise multidisciplinaire quotidienne coordonne l’ensemble des procédures et des mises à jour des conduites à tenir en lien avec les directives ministérielles. Un flash infos est adressé tous les soirs aux professionnels pour leur transmettre toutes ces informations.

Plus globalement, les task-forces du siège apportent un important support aux établissements, en particulier pour assurer la continuité d’activité, trouver des remplaçants (solidarité inter-établissement), les aider sur le plan administratif ou logistique.
La mobilisation est vraiment collective et à tous les niveaux au sein du groupe ! C’est vraiment, ensemble, que nous faisons face à la crise.

Sur le même thème

Voir tous les articles

S'inscrire à la newsletter