Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre navigation.

En cliquant sur un lien sur cette page, vous donnez votre consentement pour l'utilisation des cookies.

En SSR ou en Ehpad ? Regards croisés sur le métier de psychomotricien

Aujourd’hui, en France, plus de 9 000 psychomotriciens traitent les troubles du mouvement et du geste. Ils rééduquent les personnes confrontées à des difficultés psychologiques vécues, exprimées de façon corporelle et agissent sur leurs fonctions psychomotrices. De la néonatalité à la gériatrie, en passant par la psychiatrie, la rééducation proposée prend différentes formes et s'adapte aux différents publics.

Publié le 11.04.19 - Les professionnels de santé

Au sein de nos établissements LNA Santé, il n’y a pas deux manières similaires d’exercer ce métier. À travers les regards croisés de deux psychomotriciennes, découvrez les différentes facettes du métier, qu'il soit pratiqué en établissement de Soins de Suite et de Réadaptation à l'Institut Médical de Breteuil ou bien en Ehpad au sein du Parc Saint-Charles…

Mettre des mots sur des maux

  • Angélique Albertini (Institut Médical de Breteuil) : 

Depuis presque 3 ans (juillet 2016), j’exerce à l’Institut Médical de Breteuil où nous sommes deux psychomotriciennes. Nous accueillons des patients qui ont une maladie neurologique, neurodégénérative (maladie de Parkinson, sclérose en plaques…) ou non (traumatisme crânien à la suite d’un accident de la route, suite d’accident vasculaire cérébral). Lorsque nous voyons le patient pour la première fois, nous allons évaluer l’ensemble des fonctions psychomotrices et déterminer s’il y a une composante psychologique dans son trouble. Est-ce qu’il y a des angoisses, des peurs (peur de la chute...)? Est-ce que la personne a bien compris sa maladie ? Nous allons ainsi travailler sur la gestion du stress, des angoisses et de la douleur (exemple : les lombalgies chroniques).

L’estime de soi et la confiance en soi sont à la base de notre prise en soins. Une grosse partie de notre travail est basée sur l’acceptation du handicap et relève de l’émotionnel. Nous essayons de faire en sorte que le patient comprenne son nouveau fonctionnement et qu’il se sente bien dans son corps. On est vraiment à la frontière du corps et de l’esprit. Il s’agit de valoriser un maximum les acquis des patients, leurs capacités et trouver des compensations pour amener un confort au quotidien. Des séances peuvent avoir lieu avec les proches des patients pour montrer les capacités du patient à son aidant afin que le retour à domicile soit optimal.

  • Alexia Nesle (Parc Saint-Charles) :

Diplômée en juin 2018, je suis en poste depuis 8 mois au sein de la maison de retraite médicalisée Le Parc Saint-Charles (Chartres) où j'ai été très bien accueillie. Pour mon premier poste, j'interviens, lors de différents ateliers, sur des dysfonctionnements du mouvement et du geste qu’il peut y avoir chez les résidents suite au vieillissement et/ou aux complications d’une pathologie particulière qui va impacter le corps : tics nerveux, agitation, difficultés de concentration ou de repérage dans l'espace et le temps, troubles de l’équilibre, maladies psychosomatiques...

J'harmonise les relations que la personne âgée entretient avec son corps, son psychisme ainsi qu’avec son environnement afin de lui apporter un meilleur équilibre psycho corporel. Avec l'avancée en âge, il me semble très important de travailler sur les fonctions motrices, mentales et affectives. Je m’appuie beaucoup sur ce qu’une personne peut faire, sur ses compétences. J’essaie toujours de développer le potentiel et de valoriser les capacités.

 

Inscrire la psychomotricité dans le projet global et pluridisciplinaire de soins

  • Angélique Albertini

À l’IMB, nous avons la chance d’exercer au sein d’une très belle équipe multi disciplinaire avec professeurs d’activité physique adaptée (APAS), coach sportive, ergothérapeutes, diététicienne, orthophonistes, kinésithérapeutes, neuropsychologues et psychologue ainsi qu'avec l’équipe soignante…. Nous avons beaucoup d’objectifs communs mais nous ne travaillons pas de la même manière. Afin d’avoir une prise en soins la plus complète et riche possible, le patient va solliciter des fonctions différentes avec chaque spécialiste. Le travail en équipe pluridisciplinaire est très important, chacun œuvre pour que le patient se sente bien et retrouve de nouvelles capacités.

  • Alexia Nesle : 

Par mon approche corporelle et relationnelle, je vais me différencier de mes collègues, mais j'effectue une action transversale, en partenariat avec l'équipe pluridisciplinaire (ergothérapeute, psychologue, coordinatrice du projet d'animation, kinésithérapeutes) et toute l'équipe soignante (agents de service hôtelier, aides-soignantes, infirmières, médecin coordonnateur…). Au Parc Saint-Charles, la dynamique d’équipe est très importante. Sans ce travail en équipe pluridisciplinaire, on ne ferait rien...

 

Faire ressentir le corps autrement que dans la contrainte et la douleur

  • Angélique Albertini

À travers chaque séance que nous proposons, individuelle ou collective, nous cherchons à procurer au patient une aisance gestuelle et une sensation de bien-être physique. En individuel, nous proposons de la relaxation afin de permettre au patient de ressentir son corps de façon positive. Il s’agit de l’aider à se détendre, se relâcher aussi bien au niveau psychologique que physique. Nous avons la chance d’avoir une salle Snoezelen avec un matelas à eau et une baignoire d’hydrothérapie qui sont très appréciés par les patients.

Nous proposons également des séances individuelles pour améliorer l’équilibre et favoriser l’aisance corporelle. Nous allons nous concentrer sur la stimulation des sensations corporelles, travailler les reports d’appui, améliorer la posture… L’équilibre peut également être sollicité lors de séances collectives de marche, en faisant appel à l’équilibre dynamique en marchant et en se déplaçant dans l’espace ou bien encore l’équilibre statique, sans bouger, debout ou assis. On améliore le schéma de la marche, la motricité et les coordinations : comment retrouver un schéma de marche fluide, correcte et avoir une bonne posture, réguler son tonus, ne pas être trop crispé, trop rigide à la marche ? Avec ma collègue ergothérapeute, nous organisons des séances collectives « relevé du sol » afin d’apprendre aux patients qui sont susceptibles de tomber à se relever en cas de chute…

Enfin, il y a presque deux ans, avec ma collègue psychomotricienne, nous avons créé un groupe d’expression corporelle. En cercle, par le mime (métier, personnage, objet), le patient va mettre son corps en jeu, faire appel à son imagination et s’exprimer sans parler. D’autres exercices vont permettre aux patients de s’exprimer tant verbalement que corporellement. Tous les patients ont des difficultés qui leur sont propres, des pathologies différentes. L’idée, ici, est de faire appel au langage corporel pour l’aider à se confronter au regard des autres tout en s’amusant.

  • Alexia Nesle :

Tous les matins, au Parc Saint-Charles, je propose une séance de Balnéothérapie à un résident différent. Elle permet d’apporter un moment de bien-être, de détente pour les personnes âgées souffrant de contractions musculaires, de douleurs, d’angoisses ou bien encore de certains troubles du comportement… Il s’agit vraiment d’un temps de relaxation individualisé pour les apaiser en favorisant le plaisir, le bien-être. Il m’arrive également de proposer quelques séances individuelles en salle Snoezelen pour certains résidents (maladie d’Alzheimer ou troubles apparentés) pour éveiller la sensorialité, stimuler le résident ou bien tout simplement l’apaiser. Je peux également effectuer quelques suivis de prise en charge avec des résidents pour améliorer l’équilibre statique et dynamique (lever du fauteuil…), calmer les angoisses en travaillant sur l’image du corps, l’estime de soi pour revaloriser la personne, retrouver des ressentis corporels agréables…

En collaboration avec ma collègue ergothérapeute, nous organisons plusieurs ateliers collectifs, notamment :

  • Un atelier équilibre pour stimuler et entretenir les fonctions d’équilibration, la coordination d’une manière générale et la posture. Cet atelier permet également de préserver les capacités motrices et de prévenir des chutes
  • Un atelier Gym douce pour solliciter de manière ludique les personnes dans leur motricité globale
  • Un atelier mémoire faisant appel à tous les aspects cognitifs : les différentes mémoires, l’attention, la concentration et tous ce qui est du lien social, l’échange…
  • Autour du jeu dans les unités protégées avec les jeux de société, jeux manuels (origami : le pliage permet de travailler la motricité fine, la concentration et la mémoire) jeux de construction…
  • Médiation animale avec une zoothérapeute qui vient une fois par semaine. L’animal constitue un réel moyen de motivation pour solliciter les fonctions motrices et cognitives

Sur le même thème

Voir tous les articles

S'inscrire à la newsletter